Témoignages d’entreprises

Vaiomer s'appuie sur le réseau Entreprise Europe et obtient une subvention Horizon 2020


Vaiomer est une entreprise de biotechnologies basée en région toulousaine, pionnière et leader dans le domaine du microbiote sanguin et tissulaire. La société a sollicité l'appui de la CCI Occitanie, membre du réseau Entreprise Europe, pour l'accompagner vers un dépôt de projet européen. Pour ce premier projet Horizon 2020, Vaiomer obtient une subvention de 484 000 ?. Benjamin Lelouvier, Directeur scientifique, témoigne de ce véritable succès.

Pouvez-vous nous décrire le projet MICROB-PREDICT que vous avez soumis en mai 2018 sur le programme Horizon 2020?
MICROB-PREDICT ambitionne d’élaborer des stratégies thérapeutiques personnalisées prenant en compte le microbiome humain pour prévenir, traiter ou réduire la mortalité liée à certaines maladies graves du foie.
En se référant au microbiome inhérent à chaque patient et en identifiant des biomarqueurs individuels liés, le but est de développer des traitements mieux ciblés, plus efficaces pour une meilleure prise en charge des patients et un impact positif sur le système de santé.
D’une durée de 6 ans, MICROB-PREDICT bénéficie d’une subvention de 15 millions d’euros financée par le programme Horizon 2020 de l’Union européenne. Parmi les 22 membres du consortium coordonné par l’EF-CLIF (la Fondation européenne pour l’étude de la défaillance chronique du foie), il y a trois entités françaises. Le CEA, l’INRA et notre société Vaiomer SAS se sont engagées dans ce projet de recherche pan-européen majeur.

En quoi l’accompagnement du réseau Entreprise Europe a-t -il été bénéfique et différenciant ? 
En 2016, en parallèle des pourparlers engagés avec trois partenaires du projet, nous avons sollicité la CCI Occitanie, membre du réseau Entreprise Europe, pour réaliser un audit technologique de nos projets R&D. La conseillère Europe a proposé un plan d’action avec un accompagnement jusqu’au dépôt de projet. Elle nous a orientés vers des dispositifs européens de financement adaptés à nos besoins et a identifié les appels à propositions H2020 pertinents pour ce projet. La CCI Occitanie est restée en support durant chaque étape du projet : préparation de la proposition par le consortium, soumission en ligne du projet MICROB-PREDICT puis, une fois le projet lauréat, durant la phase de négociation du Grant Agreement entre la Commission européenne et notre consortium.

L’équipe Europe de la CCI Occitanie nous a prodigués des conseils techniques et juridiques pour préparer sereinement notre travail. Elle nous a permis de rencontrer des contacts qualifiés et de développer notre réseau professionnel pour asseoir notre crédibilité dans le domaine du microbiome. C’est le premier projet H2020 que Vaiomer remporte. Avec 484 000 € de financement et l'obtention de ce prestigieux label de qualité scientifique, tout nous encourage à retourner prospecter des aides européennes pour l’avenir.

Lauréat d'Horizon 2020 avec d’excellentes notes, comment envisagez-vous à présent la suite pour Vaiomer ?
Vaiomer est pionnière et leader dans le domaine du microbiote sanguin et tissulaire, et nous devons garder cet avantage en continuant d’innover techniquement et scientifiquement. Nous continuerons d’utiliser notre expertise dans la recherche et développement autour du microbiote pour nous-mêmes, pour nos collaborateurs et nos clients dans le monde entier, dans des domaines thérapeutiques très variés (maladie du foie, cancer, VIH, maladie de la peau, …). Pour certains de nos partenariats, nous avons prévu de faire de nouvelles demandes de fonds à l’Europe ou à la Région Occitanie. Une de nos ambitions en 2019 est de nous rapprocher du patient. En effet, au-delà de la recherche et développement qui peut nous permettre sur le long terme de créer des nouveaux médicaments ou des nouveaux tests diagnostiques, nous voulons créer un laboratoire de biologie médicale utilisant nos technologies innovantes. Les cliniciens de l’Europe entière pourront nous envoyer pour analyse les échantillons de leurs patients ayant une suspicion d’infection mettant en échec les outils diagnostiques classiques disponibles dans les hôpitaux. Ce projet est déjà soutenu par Bpifrance et la Région Occitanie.