Témoignages d’entreprises

Dépollution des sols : coopération technologique franco-italienne


La société ABCAR DIC Process, située à la Rochelle et créée en 2001 (essaimage de l’Université de La Rochelle), mène actuellement un projet de développement visant à déployer sa technologie de détente instantanée contrôlée (DIC) à la dépollution des sols. Le projet est piloté conjointement avec une société italienne, Contento Trade, qui met à disposition son expertise dans le domaine de la dépollution des sols.


La société ABCAR DIC Process, située à la Rochelle et créée en 2001 (essaimage de l’Université de La Rochelle), mène actuellement un projet de développement visant à déployer sa technologie de détente instantanée contrôlée (DIC) à la dépollution des sols. Le projet est piloté conjointement avec une société italienne, Contento Trade, qui met à disposition son expertise dans le domaine de la dépollution des sols.

Contento Trade a déjà l’expérience de la décontamination des sols via l’emploi d’autres procédés de dépollution, mais les premiers tests menés avec ABCAR ont montré que le procédé DIC devrait permettre de traiter des matrices inorganiques polluées avec une meilleure efficacité que certains autres procédés, mais aussi pour un coût inférieur à celui des procédés conventionnels (l’objectif est de pouvoir atteindre un coût inférieur à 100€ la tonne de sol traité). Pour développer cette nouvelle application du procédé DIC (déjà éprouvé sur d’autres applications : séchage, texturation, extraction, étuvage), ABCAR et Contento vont devoir relever plusieurs défis technologiques : le traitement de matrices inorganiques (les sols sont de composition majoritairement minérale) est une première innovation, celle du traitement de matrices pulvérulentes en est une autre. Le projet, lancé au cours de l’année 2009 et qui court sur 3 ans, devrait permettre, à terme, la mise au point d’une unité mobile de décontamination des sols pollués.

Quatre étapes ont été programmées pour mener à bien ce développement. En premier lieu, une étude en laboratoire de la faisabilité technique du procédé DIC appliqué à la décontamination des sols sera menée, via des tests sur des échantillons de sols de différente nature, contaminés par différents polluants. Cette étape permettra d’établir le cahier des charges de la conception de l’équipement le mieux adapté à l’application en question. La réalisation d’un équipement pilote sera effectuée dans une seconde phase. Une troisième phase portera sur l’étude expérimentale du pilote et son amélioration en vue de l’adapter aux conditions de son application au traitement de différentes matrices et différents polluants. Finalement, une dernière phase du projet sera consacrée à l’élaboration du cahier des charges de l’équipement ultime, qui pourra être conçu pour une application à l’échelle industrielle de la dépollution des sols. L’équipement ne sera pas fabriqué, mais l’ensemble des résultats du projet fera l’objet d’une communication vers le milieu industriel par le biais de publications dans des revues spécialisées et la participation à des salons professionnels. Les résultats seront par ailleurs publiés dans des revues scientifiques et la technologie mise au point sera protégée par le dépôt d’un brevet. A terme, l’objectif est de pouvoir créer une structure qui puisse commercialiser la technologie développée.

L’appui du réseau Entreprise Europe sur ce projet a été effectué via l’intervention d’OSEO Poitou-Charentes sur le montage du dossier Eureka qui a permis aux deux partenaires, ABCAR et Contento, de bénéficier de fonds européens. Le projet sera donc soutenu financièrement via la prise en charge par OSEO, du côté français, de 40% du montant des frais de recherche éligibles au programme Eureka pour ABCAR. De la même façon, du côté italien, Contento bénéficiera d’un soutien identique, à hauteur de 40% du montant des frais de R&D, qui seront pris en charge par un organisme équivalent à OSEO en Italie. Le suivi du montage du dossier assuré par OSEO Poitou-Charentes a permis à ABCAR de se libérer des lourdeurs administratives et de mieux se concentrer sur les aspects techniques du projet. Monsieur MIH, Responsable de projet pour ABCAR, précise par ailleurs que le versement de la subvention obtenue tient compte de la fluctuation des besoins réels de l’entreprise tout au long du projet, notamment sur la phase de démarrage où le besoin est plus important. Le projet va donc pouvoir être lancé ; un plan d’expériences vient notamment d’être établi pour réaliser les tests sur échantillons prévus dans la première phase du projet.

Entretien réalisé le 16 décembre 2009 auprès de Monsieur MIH, Responsable de projet, ABCAR.

More information