Témoignages d’entreprises

Collaboration franco-russe pour le traitement des plants de pommes de terre


Dans ce témoignage, une société de la Haute-vienne, GROCEP (Groupement du Centre des Producteurs de plants de pommes de terre), présente son expérience de collaboration avec un centre technique russe pour la mise au point d'un traitement des plants de pomme de terre par rayons UV, dont les propriétés biocides sont reconnues.


 

GROCEP (Groupement du Centre des Producteurs de plants de pommes de terre) est une SICA (société d’intérêt collectif agricole) située en Haute-Vienne. Elle est spécialisée dans le contrôle et la certification de plants de pommes de terre certifiés, produits par des producteurs de la grande région Centre et Sud de la France. La commercialisation est réalisée par des opérateurs commerciaux de la même région, de France ou de l’Etranger. La commercialisation de la récolte 2009 a représenté 16 823 tonnes, et la récolte 2010, qui est en cours de commercialisation, devrait atteindre 18 000 tonnes de plants de pomme de terre certifiées. GROCEP est également un créateur de nouvelles variétés depuis la fin des années 70, ainsi 15 variétés ont été inscrites au catalogue Français et Communautaire, qui sont exploitées par les producteurs adhérents.

Son directeur, M. Philippe LATY, nous parle de ses projets de développement :

« Nous avons 2 principales voies d’amélioration de nos productions :

  • la sélection variétale qui nous permet de mettre sur le marché des variétés plus résistantes à certains parasites, autorisant ainsi la diminution de l’utilisation de produits phytosanitaires (par exemple, la variété ‘Coquine’ présente une bonne résistance vis-à-vis du mildiou), ainsi que des variétés adaptées aux différents marchés français et internationaux. Pour 2011 deux nouvelles variétés sont inscrites au catalogue, dans la catégorie chair ferme (cuisson vapeur, de bonne qualité gustative) : ‘Laurette’ à peau jaune et chair jaune, et ‘Cheyenne’ à peau rouge et chair jaune.
  • la lutte contre les maladies de la pomme de terre, en essayant de trouver des alternatives à l’utilisation des produits phytosanitaires. Nous avons réalisé des expérimentations pour lutter contre le rhizoctone (un champignon) et les erwinia (des bactéries) avec l’aide d’un centre technique russe, CSTO, situé à OBNINSK dans la région de Kalouga. Ce partenaire a mis au point une machine de traitement des plants de pommes de terre basée sur l’exposition aux rayonnements ultra-violets dont les propriétés biocides sont reconnues. »

Quel a été le point de départ de cette collaboration ?

M. LATY : « Un programme de relations bilatérales franco-russes a été établi au niveau de la région Limousin qui nous a permis d’être mis en relation avec le CSTO, qui lui-même nous a mis en relation avec le KNIPTI qui est l’Institut technique de la pomme de terre de la région de Kalouga. »

Quel a été l’apport du réseau entreprise Europe ?

« Dès le départ du projet, la CCIR du Limousin, membre du réseau Entreprise Europe, nous a aidés à faire rentrer la machine sur le territoire européen car elle est restée bloquée près d’un an pour défaut de respect de la directive machines. Il a fallu convaincre les autorités douanières qu’il s’agissait d’une machine prototype destinée à effectuer des essais.
OSEO Limousin, également membre du réseau, nous a apporté une aide financière pour réaliser une étude de faisabilité qui a abouti à l’établissement d’un protocole d’expérimentation sur 3 ans pour vérifier l’efficacité du procédé de traitement. »

Quels sont les suites de ce projet ?

« L’accord conclu lors de la dernière visite du CSTO à Laurière (87) en novembre 2010 nous amène à constater que le procédé était novateur mais peu efficace pour lutter efficacement contre les deux maladies étudiées. Il est possible que la puissance UV et la durée d’exposition ne soient pas adaptées, ainsi le CSTO doit maintenant réaliser un travail pour améliorer le processus de traitement des plants.

Le KNIPTI, avec qui nous avons eu des relations fructueuses, est obtenteur de variétés et producteur de plants. Nous avons mis en place des expérimentations pour tester nos variétés dans leurs conditions de culture. Les premiers résultats sont encourageants et devraient être confirmés sur la production 2011 puisque 80 tonnes de plants vont être expédiées au printemps en Russie dans la région de Kalouga.

Le procédé UV peut ouvrir de nouvelles voies de travail et nous avons mis en place de nouveaux travaux avec l’appui d’une entreprise régionale. »

Pour en savoir plus : site internet GROCEP